A propos

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

 

CONTEXTE

 

De nombreuses personnes s’intéressent à la langue des signes. Ce mode de communication alternatif propose un système linguistique basé sur le visuel, la gestuelle et l’expression du visage, et permet d’élargir la pensée, de se reconnecter avec son inter- locuteur et de découvrir le monde avec un autre regard. Signer implique de penser en images et de se réapproprier son corps et sa gestuelle.

La langue des signes est une langue unique, comme les autres. Elle possède une grammaire, une syntaxe, un lexique et même une dactylologie. Comme les autres langues orales, elle s’est développée avec le temps et continue son évolution.

(La reconnaissance de la langue des signes a un retard considérable en Suisse romande puisque seul le canton de Genève la reconnait comme langue à part entière dans sa nouvelle constitution de 2012.)

Le monde entier compte environ 70 000 000 de sourds. Nous les côtoyons régulièrement sans nous en rendre compte car leur surdité ne se voit pas. Ils sont également nombreux en Suisse, mélangés aux non-sourds, ils sont « invisibles ».
Les informations à leur sujet manquent et leur accessibilité à la société reste compliquée dans plusieurs domaines.

Par exemple pour ce qui est de la formation. De nombreux enfants sourds sont intégrés dans les écoles publiques, mais l’accessibilité n’est pas complète. En effet, certains n’ont pas d’interprètes, l’enseignant ne connaît pas la langue des signes et en lecture labiale, seul le 30% du message est compris, ce qui n’est de loin pas suffisant. Ces situations entraînent souvent des échecs scolaires pour ces enfants. De plus, les parents d’enfants sourds manquent très souvent d’informations.

Sur le marché du travail, les sourds rencontrent de nombreux obstacles.
Ils sont 3 à 4 fois plus nombreux que les entendants à être sans emploi. Ceci car beaucoup d’employeurs ont peur d’engager des sourds, ils manquent grandement d’informations et ne connaissent pas la surdité. Certains sourds ont un emploi, mais souffrent de manque de communication et de valorisation sur leur lieu de travail.

''SOUND OFF'' CEST QUOI?

En anglais, cela signifie arrêter le son, le couper.

L’objectif, dans les différents secteurs couverts par le concept (principalement les domaines 1 à 3 expliqués ci-dessous), est de plonger les entendants dans le monde du silence grâce à des casques, afin qu’ils puissent, le temps d’un moment se mettre à la place des sourds et expérimenter leur réalité.

Le concept comprend 4 domaines d’activités différents pour la sensibilisation :

1. Bars

2. Institutions de formation et les services publics
3. Entreprises privées

4. Évents / Promotions

  • Facebook
  • Instagram
unnamed_edited.jpg

© 2020 by SESO